Conférence de presse :  27 juin à 17 h 30, Le Roudour

Les élections présidentielles et législatives anticipées en Turquie ne se déroulent pas comme le prévoyait l’actuel Président turc. Il s’agit possiblement d’un changement de situation qui affectera tous les otages du régime turc et, de fait une des plus symboliques d’entre eux dans le domaine intellectuel et artistique, à savoir l’artiste, écrivaine et journaliste Zehra Doğan, qui s’exposera dans le Pays de Morlaix en septembre et octobre de cette année.

En présence des organisateurs (Kedistan, La Minoterie – À Pleine Voix), de Mikael Euzen du Roudour, ainsi que d’autres partenaires du Festival.

Ce projet fait suite à deux expositions simultanées, qui se sont déroulées en janvier 2018. L’une, à Traon Nevez (Plouézoc’h), a accueilli 750 personnes sur 15 jours, tandis que l’autre, à Angers recevait 2000 visiteurs. D’autres expositions ont eu lieu depuis en Europe, mais il s’agissait de séries de reproductions.

À l’initiative de La Minoterie-A Pleine Voix, association basée dans le Pays de Morlaix dont la raison d’être est l’organisation de manifestations culturelles transdisciplinaires, conjointement avec l’association Les amis du Kedistan, qui réalise un web magazine sur les questions du Moyen-Orient, une importante exposition d’œuvres originales, « évadées de Turquie et de prison », sera visible à nouveau en Bretagne.

L’objectif de cette exposition, comme des nombreuses rencontres qui l’accompagneront, est :

  • de faire entendre une voix, celle de Zehra Doğan, jeune artiste kurde de 28 ans, et d’en transmettre toute la portée.
  • de faire découvrir une œuvre picturale d’une très grande force, réalisée dans l’urgence, et avec des moyens réduits.
  • de faire également le point sur la situation des minorités dans une Turquie en pleine mutation, notamment celle de la communauté Kurde, et en son sein, y décrire la condition des femmes.
  • de continuer à tisser les liens entre cette journaliste et artiste et la Bretagne, une solidarité commencée en 2016 à Douarnenez, lors du festival de cinéma consacré aux Peuples de Turquie
  • de réunir autour d’elle des acteurs/trices de cette solidarité active, venus des quatre coins de l’Europe et envisager ensemble une suite favorable à sa libération.

Zehra Doğan a été condamnée par l’État turc, tant pour son travail de journaliste, que pour une œuvre artistique diffusée sur les réseaux sociaux. Elle est aujourd’hui incarcérée, privée matériellement des moyens d’exercer son art, mais conserve sa parole, qu’elle ne cesse de renforcer.

L’exposition rassemblera des d’œuvres originales encadrées, réalisées sur papier et toiles, qui donnent à voir une réalité vécue, au-delà des mots, tout en révélant une artiste, qui avec beaucoup d’économie, touche au plus profond.

La correspondance que nous entretenons avec elle est d’une profondeur exceptionnelle, et doit pouvoir être lue ou présentée en extraits significatifs, éclairant sa personnalité et l’ensemble de ses réalisations.

Ces quatre semaines et cinq week-ends d’exposition seront l’occasion de faire entendre cette parole forte et singulière de femme, en provenance d’une geôle turque, et d’offrir au public près de 70 œuvres dont certaines réalisées dans la clandestinité en 2017 et d’autres, plus récemment sorties de prison.

Un programme (8 tables rondes) autour de l’exposition permettra de rassembler témoins, expert-e-s et artistes autour de l’actualité turque et kurde. Des films, des concerts, un salon du livre accompagneront cette manifestation. Nous vous joignons un programme en cours de finalisation.

Un apéritif suivra la conférence de presse.

Rendez-vous, le mercredi 27 juin à 17 h 30 au Roudour, rue Park ar Roudour, 29600 Saint-Martin-des-Champs

Télécharger le document en pdf

Publicités